Renaud Guillaume, un Ingénieur Technique

10/01/2017
Share

 

Nouveau directeur technique, Renaud Guillaume est arrivé chez PacWan en juin dernier après 18 ans d’expatriation à Paris. Pour ce marseillais, ce retour dans le Sud est dicté par un choix de vie personnel et l’envie de redonner du sens à ma vie professionnelle.

A la tête d’une équipe de douze personnes aux profils variés, Renaud Guillaume a en charge tout le scope technique de PacWan, des domaines historiques tels que réseaux, infrastructures, sécurité aux nouveaux services sur le Cloud lancés il y a quelques mois. Un scope beaucoup plus vaste que ce à quoi il a été confronté dans son passé professionnel.

Après des classes préparatoires Math Sup – Math Spé faites à Notre Dame de Sion (Marseille), Renaud entre dans une école d’ingénieurs, l’Institut supérieur d’électronique de Paris. Des études qu’il fait en contrat de professionnalisation (une très bonne école précise-t-il), qui lui a permis de mettre tout de suite le pied dans le monde professionnel.

« Après mes études, j’ai fait pendant douze ans du conseil en infrastructure réseaux et sécurité dans des groupes comme Devoteam et Cap Gemini-Sogeti pour des grands comptes en région Parisienne. J’étais plus côté clients que côté fournisseurs et plus sur une technologie réseaux et sécurité. Ensuite je suis entré chez Air Liquide, toujours à Paris, où j’étais responsable des infrastructures Réseaux et Sécurité Monde. Nous avions près de 2000 sites à travers le monde. C’était un peu moins technique mais cela m’a permis de me focaliser sur les engagements de service, la qualité, l’organisation, l’optimisation, la négociation contractuelle, etc… C’est ce lot de compétences liées à l’après-vente qui a aussi intéressé PacWan lors de mon recrutement. »

Quelle a été votre première mission chez PacWan ?

« Ma toute première mission a été de faire une mise en plat de l’existant pour établir un plan d’action avec des priorités autour de l’organisation, des ressources humaines, des process, des méthodes et des outils mais également sur des chantiers tels que la sécurité, la gestion des processus de production. Nous nous attaquons également aux problématiques d’industrialisation de la facturation et à la supervision de nos infrastructures pour avoir une vue réelle de ce qui se passe chez nos clients. »

Cette mise à plat vous a permis de mieux comprendre l’entreprise, alors quel regard portez-vous aujourd’hui sur PacWan ? Ses atouts ? Ses enjeux ?

« Un des atouts de PacWan aujourd’hui, dans ce que j’en vois, c’est son agilité liée encore à son côté artisanal même si pour un certain nombre de nos services, nous approchons de la masse critique et que nous ne pouvons plus fonctionner en mode artisanal. L’artisanal, c’est très pratique parce qu’il y a une proximité client, une réactivité, une connaissance de l’historique instantané mais il n’y a pas suffisamment de partage de connaissances. Sans perdre l’ADN de PacWan, c’est-à-dire la proximité et l’agilité, il nous faudra changer notre modèle d’organisation pour mieux s’adapter au contexte de nos clients, mieux les connaître. 

Dans les enjeux identifiés, l’un porte sur les compétences qui sont relativement segmentées notamment sur le niveau 1 standard, le premier niveau de connaissances, que cela soit dans la production ou le support de nos services. Il y a clairement une segmentation voire une individualisation des compétences qui fait que l’on n’est pas suffisamment agiles et que l’on a besoin d’avoir certaines ressources à disposition pour traiter certains sujets. L’objectif est un de mixer tout cela pour permettre sur les différents services, d’être capable de délivrer, de supporter de manière plus efficace et d’être moins dépendant d’une seule ressource. Sur les niveaux d’expertise, que cela soit dans le réseau, la sécurité, le cloud, on s’appuie bien évidemment sur des personnes qui ont un peu plus de compétences, de formation et de certifications.

Un autre enjeu de PacWan, c’est aussi de créer une plus grande proximité entre l’équipe Technique que vous managez et l’équipe Commerciale, cela doit vous changer des grands comptes ?

« C’est un aspect que j’ai découvert et que je connaissais peu. Pour une PME, le nerf de la guerre, c’est d’être capable de vendre et derrière de satisfaire le client. La proximité avec l’équipe commerciale est majeure, nous devons travailler main dans la main. Les commerciaux doivent combler leurs clients avec ce que l’équipe technique est capable de faire, l’équipe technique doit aider les commerciaux à promouvoir de nouveaux services, à améliorer le niveau de services et surtout à répondre aux besoins clients. C’est pour cela que les deux entités ont une ressource commune, Rodolphe Alonso, notre ingénieur avant-vente. Son rôle est de renforcer les liens entre les deux équipes. L’avant-vente est là pour s’assurer que lorsque nos commerciaux font une proposition client, on soit sûr que ce sont des services que l’on maîtrise, qu’ils sont bien cadrés et que les coûts de mise en œuvre sont correctement évalués. Côté technique, cela permet aussi de savoir ce qui est en cours et ce qui va arriver. »

Quel est l’ambition que vous avez pour PacWan ?

« Outiller et organiser les équipes techniques de PacWan pour être capable d’absorber la croissance que vise l’entreprise. Que ce soit en efficacité de déploiement, en qualité de service c’est-à-dire augmenter la satisfaction client par la réduction des indisponibilités, tout cela passe par des problématiques de consolidation d’infrastructures, d’outillage, de méthodes et de formation. L’objectif est d’améliorer encore plus la satisfaction client chez PacWan, elle est bonne et il faut la préserver et l’étendre aux nouveaux services hébergés que PacWan a lancé sur le marché. »